« Sucres » en version vidéo !

« Sucres » en version vidéo !

VIDEO

Du samedi 20 mars 2021 au samedi 3 avril 2021

« Sucres » en version vidéo !

Infos pratiques

En cliquant sur le lien découvrez la vidéo, publiée sur la nouvelle plateforme ptyxel.net qui rassemble la poésie multimédia réalisée en Suisse occidentale.
Lien vers l'événement

Sucres en version vidéo !

Le premier recueil de Matthieu Corpataux performé en musique par l’auteur lui-même

Proposé par Matthieu Corpataux

Matthieu Corpataux, créateur de la revue littéraire L’Épître et directeur des Rencontres littéraires Textures, est aussi poète. Écouter sa version mordante et musicale de Sucres, son premier recueil, publié aux Éditions de l’Aire en mars 2020.


La poésie de Matthieu Corpataux se situe entre l’infime et l’infini, le banal et l’extraordinaire où l’immensité de la Terre est réduite à l’échelle d’un grain de sucre ; et le souvenir d’une console vidéo, élevé à la hauteur du cosmos. Foisonnant, le recueil Sucres évolue entre poésie narrative, versification modernisée et jeux typographiques.

 

Cette lecture du recueil de poésie Sucres, publié aux Éditions de l’Aire en mars 2020, sera performée par Matthieu Corpataux lui-même, accompagné d’une création musicale de Valentin Kolly.


Intervenants

Matthieu Corpataux, poète
Valentin Kolly, musicien


En savoir plus

Matthieu Corpataux est assistant diplômé à l’université de Fribourg en littérature française, où il prépare une thèse sur la typographie dans la poésie. Après la création de la revue littéraire L’Épître (www.lepitre.ch) en 2013, il lance, avec Lucas Giossi, en 2015, la maison d’édition des Presses littéraires de Fribourg qu’il dirige depuis 2017. En octobre 2020, il a repris la direction des Rencontres littéraires Textures (anciennement Salon du Livre romand de Fribourg, www.textures.ch). Impliqué dans de nombreux projets culturels en Suisse romande (FIFF, FriScènes, Théâtre des Osses, Prix Bibliomedia), il vient de publier aux Éditions de l’Aire son premier recueil de poésie, Sucres.

Crédit photo Nicolas Brodard.