« L’Hirondelle de Nerval » – À la recherche d’une chanson perdue il y a 200 ans

« L’Hirondelle de Nerval » – À la recherche d’une chanson perdue il y a 200 ans


samedi 28 mars 2020

Genève - 10:30

Bains des Pâquis

Quai du Mont-Blanc 30
1200 Genève
Situer sur la carte

« L’Hirondelle de Nerval »

À la recherche d’une chanson perdue

Proposé par les Bains des Pâquis

Marina Salzman à la voix et Marco Sierro au violoncelle se mettent en quête d’une chanson perdue il y a deux cents ans, dans une clairière du Valois aujourd’hui disparue. D’exploration en exploration, d’écho en écho – une ritournelle, comme on sait, en amenant une autre à tous les coups – voix de chair et voix de cordes tressent leur piège à fantômes.


En 1969, Richard G. Woodbridge, l’un parmi les premiers archéoacousticien, publia un article intitulé « Acoustic Recordings From Antiquity ». Il y expliquait avoir découvert que des enregistrements sonores s’étaient involontairement gravés à la surface d’objets anciens, notamment des poteries. Il suffisait, selon lui, d’apposer l’aiguille d’une platine vinyle sur le vase ou le trait de pinceau étudiés et un « bavardage de basse fréquence pouvait être entendu à travers le casque audio », supposément la conversation des personnes présentes lors de la fabrication de la poterie. Woodbridge était persuadé que cela permettrait un jour d’entendre les voix et les phrases de personnages célèbres, telles qu’elles avaient été enregistrées dans la peinture de leurs portraits. Il mena diverses expériences, affirmant notamment avoir ainsi pu réécouter le mot « bleu » qu’un peintre avait prononcé en donnant tel coup de pinceau. Le projet de Richard G. Woodbridge nous semble toujours digne d’être rêvé de nos jours, puisque les sous-marins, les fusées, les téléphones portables existent déjà. La poésie ayant toujours devancé la technique en ce qui concerne la réalisation des songes les plus audacieux, Marina Salzmann et Marco Sierro ont désiré créer une oeuvre précurseure en vous présentant « l’Hirondelle de Nerval ».


Intervenants

Marina Salzmann – Voix et textes
Marco Sierro – Violoncelle


En savoir plus

À Genève, les Bains des Pâquis sont une véritable institution: ils existent depuis 1872 ! Rapidement, ils deviennent le lieu estival favori des Genevois. Aujourd’hui, on vient au Bains des Pâquis pour se détendre, pour les loisirs, mais aussi pour la poésie. Chaque premier et troisième samedi du mois, l’Association d’usagers des Bains des Pâquis (AUBP) invite un poète, et vous convie à un apéro poétique. Pour plus de renseignements, allez consulter le site internet des Bains.